Accueil

Présentation de l'auteur

un acte

4F4H

5F3H

5F4H

5F5H

6F3H

6F4H

6F5H

6F6H

7F3H

7F4H

7F5H

Lettre d'information

Contact

Une star en campagne

 

Comédie théâtrale paysanne en 3 actes de Yvon Taburet.

12 Personnages (6 Hommes, 6 Femmes) ou (5 Hommes, 7 Femmes) car le rôle du cameramen est interchangeable

Décor : Une salle de ferme meublée d'une grande table, d'un vaisselier, d'une gazinière.

Durée : 90 minutes (54 pages)

Résumé : La vie s’écoule paisiblement dans la ferme des Duval. Pendant qu’Anatole Duval répare le tracteur avec Jeannot, Marguerite, la mère et Annick, la fille, se chamaillent, comme à l’accoutumée, sous l’œil goguenard du pépé. Une seule ombre au tableau, l’absence de Marie-Louise, la fille aînée, disparue subitement depuis des mois. C’est Denise, la factrice, qui viendra annoncer la surprenante nouvelle ; Marie-Louise qui se fait appeler Marylou est actrice de cinéma, et est en passe de devenir une star internationale. Le train-train familial sera entièrement bouleversé lors de l’arrivée de Marylou et de son agent artistique, eux-mêmes devancés par une équipe de télévision venue filmer l’événement. Beaucoup de rythme dans cette comédie paysanne hilarante dans laquelle se télescopent des univers culturels très contrastés.

 

Lire un extrait

 

 

 

 

 

Extraits

 

Marguerite- Anatole, vas me chercher la fourche que je te dis!

Anatole- T'as raison la patronne, moi aussi ils commencent à me chauffer. Ca débarque sans prévenir et ça nous prend pour des demeurés. Puisqu'on vous dit qu'on en a pas besoin, on a déjà un poste, c'est bien assez, alors n'insistez pas! On n'en veut pas de votre télévision.

ChristineB- Mais, écoutez-moi! On ne vend pas de télévision... Je suis journaliste et...

Anatole- Et moi, je suis le pape, alors assez rigolé! Du vent! Du balai avant que je vous donne ma bénédiction! On se dépêche, on se dépêche ou je lâche les chiens.

ChristineB- (avisant un mètre pliant en bois) Restons calmes, je vous en prie...Laissez-moi faire et vous allez comprendre. (Elle déplie le mètre et cherche à constituer un cadre.) Aidez-moi, vous autres! (Coco et Max tiennent chacun(e) un côté du cadre ainsi élaboré.) Regardez!(Elle se met à l'intérieur du cadre.) Madame, Mademoiselle, Monsieur, bonjour! Ici Christine Berthelot qui vous parle en direct de chez les Duval... Alors? Ca vous dit quelque chose?

Anatole- Bon sang, la patronne! Regarde! C'est Christine Berthelot, celle qui cause dans le poste après la pub.

Marguerite- Mais... T'as raison Anatole, on dirait bien que c'est la même... Maintenant que tu le dis.

Anatole- A part que celle ci a des jambes!

Marguerite- (désignant le bas du cadre) Oui mais... Si tu regardes jusque là... C'est bien la même.

Anatole- Vous êtes bien la Christine Berthelot qui présente les nouvelles à la télévision?

ChristineB- Mais oui, cher monsieur, c'est bien moi.

Anatole- Ca fait tout drôle de vous voir en entier, c'est pour ça qu'on ne vous a pas reconnue.

Max- Vous pensiez qu'elle était cul de jatte?

Anatole- Mais qu'est ce que vous venez faire par chez nous?

ChristineB- Nous venons faire uneémission spéciale pour accueillir Marylou Duval, la grande vedette internationale, la nouvelle révélation du cinéma, la coqueluche de Hollywood.

Marguerite- Marylou Duval? C'est qui ça?

Anatole- Elle doit vouloir parler de la Marie-Louise... Rappelle-toi... La carte postale.

ChristineB- Votre fille est nominée aux «Oscars» Cela n'était pas arrivé depuis des années à une actrice française. Vous rendez-vous compte de la portée de l'événement?

Marguerite- Qu'est ce que ça veut dire votre charabia? Vous pouvez vous expliquer plus clairement?

Coco- Votre fille va peut-être avoir un Oscar, vous entendez, un Oscar!

Marguerite- Oui j'entends... Je ne suis pas sourde. Elle va avoir un Oscar, ça ne m'étonne pas d'elle.. Et vous vous déplacez pour ça?

ChristineB- Chère petite madame, excusez du peu... Vous n'avez pas l'air de réaliser?

Marguerite- Faudrait voir à pas me prendre pour une andouille, pour le moment, la seule chose que je réalise, c'est que vous débarquez dans ma maison sans vous donner la peine d'essuyer vos pieds.