Accueil

Présentation de l'auteur

un acte

4F4H

5F3H

5F4H

5F5H

6F3H

6F4H

6F5H

6F6H

7F3H

7F4H

7F5H

Lettre d'information

Contact

La course à l'héritage

 

Comédie théâtrale en 3 actes de Yvon Taburet.

10 Personnages (4 Hommes, 6 Femmes)

Décor : Une entrée,côté cour, une porte côté jardin. Un petit salon, aux murs des peinturesd'art moderne, quelques sculptures.

Durée : 110 minutes (62 pages)

Résumé : "Vous avez été choisi(e) pour être l'héritier d'une grande fortune, si la proposition vous intéresse, présentez-vous au 32 allée des mimosas." Tout le monde a un jour rêvé de recevoir une telle proposition, mais lorsque plusieurs postulants reçoivent le même courrier, comment les départager ? Les malheureux candidats l'apprendront parfois à leurs dépens. Dans cette "course à l'héritage" ils auront à subir un certain nombre d'épreuves toutes plus incongrues les unes que les autres. Ainsi Eléonore, la vieille fille coincée, se retrouvera déguisée en Zorro, Georgette l'aguicheuse en Chaperon Rouge, alors qu'Henri l'agriculteur se déguisera en bébé, sa mère devra endosser un habit de mousquetaire tandis que Gino le hâbleur enfilera collants et tutu… Jusqu'où peut-on aller pour s'enrichir ? Qui tire les ficelles de tout cela ? Un heureux dénouement nous l'apprendra. Des situations aussi cocasses que les dialogues dans cette joyeuse comédie où la seule difficulté sera d'éviter que les comédiens ainsi affublés ne rient plus fort en coulisses que dans la salle.

Lire un extrait

Extrait

 

Arrivée d'Eléonore, habillée en Zorro.

GINO - Tiens voilà autre chose. (Il chante.) "Un cavalier surgit le long de la nuit, court vers l'aventure au galop."

ELEONORE - Ça suffit, taisez-vous, je n'en peux plus, j'en a marre, je suis à bout, vous comprenez, à bout !

GINO - Allez quoi, calmez-vous Zorro.

ELEONORE (hurle) - Ne me touchez pas.

GINO - Oh Zorro, on se calme.

ELEONORE - Arrêtez de m'appeler Zorro! (Elle arrache son masque et jette sonchapeau par terre.)

GINO - Je vous appelle Zorro parce que je neconnais pasvotre petit nom … c'est comment votre petit nom ?

ELEONORE - Eléonore, mais...

GINO - Eléonore, j'adore ! Alors Eléonore, racontez-moi, c'estquoi votre chagrin ?

ELEONORE - Je n'ai pas pu... j'ai échoué dans mon épreuve.

GINO - Qu'est-ce qu'il vous fallait faire ?

ELEONORE - Je devais aller jusqu'à la caserne et demander à parler au sergent Garcia, mais quand j'ai vu tous ces hommes qui ricanaient à mon approche, je n'ai pas pu, je me suisenfuie (elle pleure) et maintenant je vais être éliminée. (Elle pleure à nouveau.)

GINO - Vous êtes vache tout de même, c'est pas Zorro que vous lui avez fait jouer c'est "mission impossible".

LA SOUBRETTE - Ce n'est pas moi qui choisis les épreuves, mais rassurez-vous, mademoiselle, mademoiselle ?

GINO - Oh Zorro, on vous cause !

ELEONORE (se mouche bruyamment dans sa cape) - Oui ? ;

LA SOUBRETTE - Jedisais, rassurez-vous, mademoiselle, vous avez une épreuve de rattrapage si vous souhaitez rester dansla com­pétition.

ELEONORE - Ah bon et que devrais-je faire ?

LA SOUBRETTE (tire une fiche) Épreuve de rattrapage... Vous devez danser au rythme de la musique.

ELEONORE - Danser ? Mais je ne saurai jamais.

GINO - Ne vous inquiétez pas, poupée, Gino va vous accompagner, comme vous le voyez la dansec'est ma spécialité.

(La soubrette met la musique en route, on entend de la musique tahitienne. Gino semet à danser, Eléonore esquisse quelques pas, trèsraide.)

GINO (hurlant) - Le bassin,faites bouger le bassin.

 

(Changement brutal de musique, on entend à présent un tango. Gino danse avec Eléonore à la manière Argentine, Eléonore terrorisée se laisse faire, changement de musique, c'est un slow, Gino prend les bras d'Eléonore, les met autour de son cou et plaque ses deux mains sur les fesses de sa partenaire, qui tétanisée se laisse faire, Gino en profite pour la caresser de plus en plus effrontément. Elle hurle, la musique s'arrête.)

ELEONORE - Ça suffit espèce d'obsédé, salepetit vicieux.

GINO - Oh Zorro, on se calme, il n'y a pas demal à se faire du bien.

ELEONORE - Vous n'êtes qu'un gros dégoûtant.

GINO - Écoutez...

ELEONORE - Ça suffit !

(Arrivée du notaire, accompagné d'Henri déguisé en bébé.)

MAITRE THERMO - Eh bien, qu'y a-t-il donc ?

LA SOUBRETTE - Mademoiselle finissait une épreuve.

MAITRE THERMO - Ce devait être une épreuve animée, l'a-t-elle réussie au moins ?

LA SOUBRETTE - Elle ne s'en est pas trop mal tirée.

MAITRE THERMO - Et bien mademoiselle, l'épreuve du ridicule est pour vous terminée, allez vouschanger, vous m'attendrez dans le grand salon pour la suite du concours.

ELEONORE - Vous voulez direque je ne suispas éliminée ?

MAITRE THERMO - Mais non mademoiselle aucunement, vousgardez toutes vos chances.

GINO - C'est cool ça, je vais aller vous tenir compagnie au salon etsi vous insistez on pourra même se rhabiller ensemble.

LA SOUBRETTE - Jevous prie de m'excuser monsieur.

GINO - Oui ?

LA SOUBRETTE - Vous n'avez pas accompli votre épreuve de rattrapage.

GINO - Comment ça, vous rigolez, vous m'avez vudanser !

LA SOUBRETTE - Oui mais c'était sur l'épreuvede mademoiselle, quant à vous, voici votre épreuve voyons... (Eléonore sort.) Epreuve pour la danseuse. Écoutez bien, vous devez aller au club de cyclotou­risme dont voici l'adresse et leur proposer une commande de tutus pour mieux monter en danseuse.

GINO - Une commande de tutus ?

LA SOUBRETTE - Oui.

GINO - Pour mieux monter en danseuse ?

MAITRE THERMO - Oui.

GINO - Envoyez-moi sur l'échafaud et dites à tout le monde que je m'appelle Louis XVI pendant que vous y êtes.

MAITRE THERMO - Rassurez-vous, ce n'est qu'une épreuvede ridicule et vous le savez commemoi, que le ridicule ne tuepas.

GINO - Très drôle. (Il sort.) En route pour l'abattoir.