Accueil

Présentation de l'auteur

un acte

4F4H

5F3H

5F4H

5F5H

6F3H

6F4H

6F5H

6F6H

7F3H

7F4H

7F5H

Lettre d'information

Contact

Bienvenue dans l'immeuble

 

Comédie en 3 actes de Taburet Yvon

9 Personnages (3 Hommes, 6 Femmes) ou (4 Hommes, 5 Femmes) car le rôle de Mémère peut-être masculinisé

Décor : Un salon en cours d’aménagement. Les meubles et la décoration, pas entièrement en place, le seront au cours des premières répliques. Trois portes: une porte d’entrée, située en devant de scène, tous, venant du public, l’utiliseront; en fond de scène, une porte menant à la cuisine, une autre menant vers les chambres.

Durée : 90 minutes (74 pages)

Résumé : Transportant meubles et cartons, la famille Mercier emménage. Au cours de son installation, elle va être perturbée par l’arrivée intempestive d’un certain nombre de voisins. C’est ainsi qu’elle ne tardera pas à faire connaissance avec Mémère, souvent imprévisible du fait de son « Alzheimer », Mlle Laroche, professeur de musique, conciliatrice prêchant l’harmonie et la bonne mesure, Gautier de Courcelles, jeune homme de bonne famille, constamment harcelé par Roxane de la Buzardière, sa fiancée hystérique, sans oublier Jeremy Fassol, l’infatigable représentant dragueur, toujours prêt à se faufiler par le trou de la serrure pour pouvoir faire la promotion de ses articles. Cette situation, déjà bien effervescente, va devenir carrément explosive lorsque Roxane va découvrir que Gautier n’est pas du tout insensible au charme de Brigitte, la fille Mercier. Une bouillonnante comédie, rythmée à cent à l’heure. Les dialogues et les situations mettant en valeur les caractères très contrastés des personnages provoqueront des cascades de rire et permettront aux acteurs d’évoluer aussi bien sur scène que dans la salle.

 

Lire un extrait

 

 

 

 

 

 

Extraits

 

André - Et ben oui ! Moi figurez-vous que je n’aimerais pas vivre auprès de quelqu’un qui se prend pour Napoléon par exemple.

Monique- Ah! moi non plus, je n’aimerais pas croiser un type comme ça tous les jours. D’ailleurs si j’en vois un tout à l’heure dans l’escalier, je peux vous assurer qu’on repart aussi sec.

Gisèle- Et vous laisseriez filer un bel appartement comme ça?

Monique- Alors là! Sans problème.

Gisèle- Non! Et vous aussi André?

André - Ouais! Pour une fois, je suis d’accord avec la patronne, même si c’est un bon appart’, si je croise Napoléon, je le laisse.

Brigitte - En tous les cas, moi je suis ravie de venir habiter ici. Cela change du quartier sinistre où nous étions avant. Ici au moins, on a plus de chance de faire des rencontres.

André - La Brigitte, elle est comme la lune, elle aime bien changer de quartier.

Gisèle - Elle a raison, ici vous avez plus de chances de faire des rencontres.

(La porte s’ouvre. Arrivée de Mémère. Elle est arrivée sans frapper, après avoir erré dans la salle. Elle est vêtue d’un pyjama et d’une robe de chambre. Elle déambule dans l’appartement sans se soucier des occupants.)

Gisèle - Tenez! Le voilà votre Napoléon…. A moins que ce ne soit Joséphine.

Monique- Non mais! Dites-donc! Faut pas vous gêner! Faites comme chez vous pendant que vous y êtes.

(Mémère la regarde sans rien dire, en souriant.)

Brigitte - Ne t’énerve pas Maman, ça n’en vaut pas la peine, regarde! Elle n’a pas l’air bien méchante.

Monique - Et alors? Même si elle ne mord pas, crois-tu que cela l’autorise à venir stationner ici sans prévenir? Qu’est ce que vous voulez?

Mémère - Ma tisane… Je n’ai pas eu ma tisane.

Monique - Ma tisane? Non mais vous l’entendez? Et puis quoi encore!

André - Remarque… Elle n’est pas très exigeante, à cette heure-ci, elle aurait pu demander l’apéro.

Monique- Bien sûr! Et pourquoi pas avec des glaçons pendant que tu y es.

Mémère- Alors Robert? Finie la journée? T’as bien rentré les bêtes? As tu coupé le bois?

Monique - Attendez… Là, vous vous trompez… d’abord il ne s’appelle pas Robert et…

Mémère - De quoi je me mêle la gueuse! Occupe-toi plutôt de ma tisane. Allez! Allez!

Monique - Non mais! Ça ne va pas la tête?

Brigitte - Ne cherche pas plus loin, j’ai bien l’impression que c’est bien là que ça se passe, la pauvre! Elle a l’air un peu agité du bocal.

Mémère- Sacrée femelle! Saleté de chiendent! Ça cancane toute la journée et ce n’est même pas fichu de préparer une tisane. Ah! Robert qu’est ce que tu fiches avec une engeance pareille!

Monique- Enfin André, fais quelque chose… Tu ne vas tout de même pas la laisser dire n’importe quoi.

André - Qu’est ce que tu veux que je dise? Moi ça ne me dérange pas, je ne m’appelle pas Robert.

Monique - Tout de même!

Gisèle- Vous savez, ces gens là… Il paraît qu’il ne faut surtout pas les contrarier sinon ça les met dans des fureurs…

Mémère - Mais je vous connais vous… C’est vous qui avez écrasé ma poule ce matin.

Gisèle - Ne vous inquiétez pas, je vais la remplacer.

Mémère - Ah bon? Vous savez pondre?

Gisèle- Pardon? Mais… Pourquoi vous me demandez ça?

Mémère- Est ce que vous savez pondre?

Gisèle - Ben non… Évidemment.

Mémère - Alors pourquoi vous voulez remplacer ma poule si vous ne savez pas pondre? Faudrait pas me prendre pour une imbécile… Mais qu’est ce que c’est ici ? Une maison de fous?

André - Alors là! On est d’accord.

Monique- Bon! Maintenant assez ri! On va regagner gentiment la sortie et on va aller boire sa tisane ailleurs.

Mémère -(hurlant) Ne me touchez pas!

Gisèle - Voyons Madame! Calmez-vous! Soyez raisonnable!

Mémère - Qu’est ce qu’il y a la poule? Tu veux que je te plume?

(Elle cherche à attraper Gisèle en imitant le bruit de la poule.)

Mémère- Viens Poupoule! Viens! cot cot cot…

Gisèle - Au secours! Au secours!

(Elle s’enfuit par la porte d’entrée. André cherche à la retenir, il s’arrêtera sur le palier tandis qu’elle continue à courir dans la salle.)

André - Gisèle! Attendez! Revenez! Ne partez pas comme ça!