Accueil

Présentation de l'auteur

1 acte

4F4H

5F3H

5F4H

5F5H

6F3H

6F4H

6F5H

6F6H

7F3H

7F4H

7F5H

Lettre d'information

Contact

Au camping des flots bleus

Éditée en janvier 2004 bien avant le film «Camping»sorti en avril 2006

Comédie théâtrale en 3 actes de Yvon Taburet

10 Personnages (4 Hommes, 6 Femmes)

Décor : Une réception de camping. Un comptoir, deux tables. Sur le côté ou dans la salle, un fil à linge.

Durée : 90 minutes (82 pages)

Résumé : Aux Flots-Bleus en ce début de mois d’août, les habitués, comme tous les ans, se retrouvent avec plaisir. Dans ce camping, géré par le Capitaine (qui ne s’exprime qu’en termes marins et considère chaque résident comme un membre d’équipage), la convivialité est de mise ; ainsi Roger s’adonne à la pétanque tandis que Pamela, la maître nageuse cherche à inciter Paulette et Simone à la pratique sportive…Tous attendent avec impatience Monsieur Chopineau, le nouvel arrivant. Celui-ci se montrera peu sociable et très antipathique, au point de susciter méfiance et rejet. Bientôt d’étranges phénomènes se produisent autour des sanitaires qui sont régulièrement fouillés et détériorés. A l’évidence quelqu’un y cherche quelque chose. Si Chopineau passe évidemment pour le suspect principal, d’autres vacanciers semblent particulièrement attirés par ces lieux. Beaucoup d’humour et de rebondissements dans cette pièce qui se situe à mi-chemin entre l’énigme policière et la comédie de mœurs. Les amateurs de camping se retrouveront (et retrouveront les autres) dans cette joyeuse ambiance estivale où même le public sera mis à contribution…

Lire un extrait

 

 

 

 

 

 

Extraits

 

le capitaine - C'est aujourd'hui qu'il arrive.

roger - Mais qui donc ?

le capitaine - Le remplaçant d'Emile, M. Chopineau. Jean-Marie Chopineau.

roger - Ah ! C’est de lui dont vous parliez ? C'est marrant... Chopineau, on ne le connaît pas mais avec un nom comme ça, on a l'impression qu'il nous est déjà familier !

le capitaine - Ne vendons pas la peau du phoque avant de l'avoir vu. On aura bien le temps de se faire une opinion.

roger - Vous avez raison, Capitaine... Alors ? Avez-vous récupéré des lots pour le concours de boules ?

le capitaine - Bien sûr, matelot ! Il a fallu que je rame mais j'ai tout de même réussi à avoir des choses intéressantes. Tenez, je vais vous montrer le premier prix. Où donc l'ai-je mis... Ah ! Le voilà ! (Il exhibe un tableau qui représente un paysage marin.) Vous avez vu ? Ce n'est pas joli, ça ? Qu'est-ce que vous en pensez?

roger - Ouais !... C'est pas mal... C'est dépaysant.

le capitaine - Des paysans ?

roger - Ouais ! Dépaysant.

le capitaine - Mais regardez bien, matelot, c'est la mer et les bateaux. Où voyez-vous des paysans là-dedans ?

roger - Je ne dis pas des paysans, je dis que c'est dépaysant.

le capitaine - Mon petit Roger, attention, si à neuf heures du matin vous commencez à voir des paysans, à midi vous verrez peut-être des éléphants rosés en train de faire du ski nautique.

roger - Non ! Vous ne m'avez pas compris, quand je dis que c'est dépaysant...

le capitaine - Remarquez... en cherchant bien... La mer est un peu agitée, on peut y voir quelques moutons, si ça se trouve les paysans ne sont pas loin.

roger - Laissez tomber ! Vous avez d'autres lots ?

le capitaine - Le butin n'est pas phénoménal mais il y a là de quoi contenter plusieurs matelots. (Il prend une caisse d'où apparaissent des objets divers, parfois hétéroclites.)

Arrivée de Paulette : elle porte, sous le bras, une bassine de linge qu'elle posera en arrivant.

paulette - Bonjour Capitaine ! Ça y est, j'ai fini ma vaisselle, je viens vous relayer à la réception.

le capitaine - La réception ? Quelle réception ? La capitainerie, Paulette, la capitainerie ! Vous devriez le savoir, depuis le temps que vous venez. Ici, on ne réceptionne pas, non... ici on valide les embarquements des équipages, ce n'est pas pareil,

paulette - Oui, oui, si vous voulez, Capitaine. Alors ? C'est aujourd'hui qu'il arrive le nouveau ?

le capitaine - Tout juste Paulette, je compte sur vous pour lui indiquer son mouillage. Il sera dans l'allée des Açores.

paulette - Ben oui, je sais bien, à la place de ce pauvre Emile... Et elle s'appelle comment, votre nouvelle recrue ?

roger - Elle s'appelle Chopineau, Jean-Marie Chopineau.

paulette - Chopineau ? C'est rigolo.

le capitaine - Matelot, sans vous commander, nous devrions y aller. Les autres équipages doivent nous attendre.

paulette - Alors Capitaine ? J'ai appris que vous faisiez équipe avec Roger pour le concours de pétanque ? A votre place, j'aurais peur de prendre une déculottée.

roger - II n'a pas besoin d'avoir peur. (Il se saisit d'une caisse contenant des boules.) Regarde ! C'est moi qui ai les boules.

PAULETTE (avisant la caisse de lots) - Et ça, qu'est-ce que c'est ? Oh ! Il y a même un tableau.

le capitaine - Eh oui ma chère Paulette, ceci est le premier prix du concours. Alors ? Qu'en dites-vous ?

PAULETTE(l'examinant) - Pas mal... c'est dépaysant.

le capitaine - Ah bon ? Vous aussi ? (Se tournant vers Roger.) Vous n'êtes pas ensemble, par hasard, tous les deux ?

paulette - Pourquoi dites-vous ça Capitaine ?

le capitaine - Cela serait trop long à vous expliquer... Je vous laisse prendre votre quart. Ça ira ?

paulette - Allez-y sans vous faire de soucis, Capitaine, j'aurai juste mon linge à étendre mais après je prends la barre et je tiens le cap. Tu as vu, Roger, me voilà capitaine intérimaire maintenant.

roger - C'est normal Paulette, dans la marine, c'est bien connu, l'épaulette aime bien prendre du galon.